Adresse
|
Téléphone
Comité départemental du Doubs Pétanque CD25

Edito de Janvier 2018

Bonjour à toutes et tous
Janvier : le mois des vœux. Aussi je ne dérogerai pas à la tradition et vous présente les miens pour 2018. Que cette nouvelle année déverse sur vous mille joies de toutes sortes...
 

Edito de Décembre 2017

 

Edito de Novembre 2017

 

Edito de Octobre 2017

 

Edito de Septembre 2017

Remerciement des bénévoles pour le championnat de France à Pontarlier

Edito de Juillet 2017

 

Edito de Juin 2017

 

Edito de Mai 2017

 

Edito de Mars 2017

 

Edito de Février 2017

 

Edito de Janvier 2017

 

Edito de Décembre 2016

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Edito de Janvier 2018

Bonjour à toutes et tous
Janvier : le mois des vœux. Aussi je ne dérogerai pas à la tradition et vous présente les miens pour 2018. Que cette nouvelle année déverse sur vous mille joies de toutes sortes : santé en premier lieu, bonheur et résultats sportifs fructueux.
Mais janvier, c’est aussi l’un des mois où les boulodromes couverts remplissent pleinement leur rôle en particulier auprès de nos très anciens pétanqueurs. Je veux parler des plus de 90 ans.
Ainsi, cette scène vécue à Pontarlier il y a quelque temps mais qui aurait pu se dérouler partout ailleurs.
14h…pas un n’est en retard. La neige qui tombait à gros flocons ce jour-là, a accompagné les silhouettes voûtées mais encore alertes jusqu’au boulodrome. Un sentiment de bonheur et d’amitié règne au centre des conversations. C’est à cela que chacun aspire, peut-être plus qu’à l’après-midi de pétanque qui s’annonce et qui se terminera un peu avant 17 h sous l’influence combinée de la fatigue, des médicaments à prendre et des arrière-petits-enfants rentrés de l’école.
Aucun enjeu n’intervient. Ils ne veulent cependant pas perdre. Ils parlementent donc avant de jouer. Aujourd’hui, l’un d’eux veut avoir pour partenaire un petit nouveau. Les autres le lui reprochent :
_ Toi, dès qu’il y a un jeune, tu veux t’équiper avec lui !
Le petit nouveau en question est en effet considéré comme un jeunot. Pensez donc ! Il n’a que 78 ans !
La partie vient de débuter. Je m’approche et demande:
-Qui est le tireur?
-Chez nous, il ya un premier pointeur, un deuxième pointeur et un troisième pointeur !
On pointe donc beaucoup. Cependant quand les points sont ingagnables, il faut frapper la boule. Et ça tire…après de longues réflexions où l’on cherche s’il n’y a vraiment rien d’autre à faire. L’adresse est toujours là, c’est la force qui manque.
Les parties se succèdent dans le calme, les gestes lents…jusqu’à 17h…bien sûr !
 
Pascal MAUGAIN

Edito de Décembre 2017

Edito de Novembre 2017

Edito de Octobre 2017

Edito de Septembre 2017

Edito de Juillet 2017

Edito de Février 2017